| 
Sécurité  | A propos de StepStone  | Sélectionnez votre langue : FR EN
Recherche d'offres d'emploi
(par mot-clé)
(ville ou code postal)

Plus de femmes ingénieurs, et cependant trop peu

Ces dernières années dans l'UE, le nombre de femmes ingénieurs n'a cessé d'augmenter.   Et la proportion de femmes chez les scientifiques et les ingénieurs a augmenté plus vite que celle des hommes. Aujourd'hui, les femmes restent néanmoins encore sous-représentées dans les professions d'ingénieurs. 


Partout dans le monde, des pays sont confrontés à des problèmes d'environnement, de santé et d'énergie et ont besoin de personnes capables de faire face à ceux-ci. Les femmes contribuent et ont toujours largement contribué à la résolution de ces problèmes. 


Les femmes scientifiques et ingénieurs sont toutefois toujours sous-représentées. Leurs capacités sont en fait sous-utilisées sur le marché du travail. En moyenne, seul 1 ingénieur sur 6 en Europe est une femme.

Le Royaume-Uni est le pays européen ayant la plus faible proportion d'ingénieurs femmes dans l'Union Européenne. En 2010, près de 9 % des professionnels de l'ingénierie au Royaume-Uni étaient des femmes.


Dans les autres pays occidentaux, la féminisation des métiers d'ingénieur semble maintenant avoir atteint ses limites. En France par exemple, la croissance de la proportion de femmes ingénieurs âgées de moins de 30 ans s'est arrêtée à 27 % en 2003. Cette proportion est de 18 % en Espagne, 20 % en Italie et de 26 % en Suède.
En Allemagne, l'Association pour les technologies électriques, électroniques et de l'information estime que sur 700 000 ingénieurs, 85 000 sont des femmes. Ce qui représente environ 12 %.


Chose surprenante, en Chine et contrairement à ce qui se passe en Europe, une proportion importante d'ingénieurs, environ 40 %, sont des femmes. Mais même si ce nombre est considérable, il a cependant tendance à décliner.

Certaines théories ont été avancées pour tenter d'expliquer le problème de la pénurie de femmes ingénieurs en Europe.
•    Le nombre de femmes possédant une licence universitaire est plus important que celui des hommes. La proportion des hommes diplômés dans beaucoup de disciplines scientifiques et en ingénierie est toutefois plus élevée.
En fait, certains chiffres de la Commission européenne révèlent que les femmes possèdent près de 60 % des diplômes universitaires en Europe et qu'elles sont en majorité dans les formations liées aux questions sociales telles que les sciences de la vie, la santé, les arts, ou l'éducation. Leurs homologues masculins sont plus nombreux dans les secteurs de l'ingénierie, de la construction ou de la fabrication. La sous-représentation des femmes est frappante dans le domaine de l'ingénierie.

•    Selon la chercheuse Gunilla Burrowes et l'université de Newcastle, certains secteurs sont associés à des conditions de travail particulièrement difficiles. Les travaux publics ou l'industrie minière sont considérés comme des environnements exclusivement masculins et découragent donc les femmes qui sont pour cela moins représentées dans les secteurs liés à la production. Cela montre à quel point les stéréotypes liés au monde industriel sont influents lorsqu'ils associent celui-ci à des représentations qui n'ont rien à voir avec la réalité d'aujourd'hui.

•    Un sondage effectué à la demande de l'Engineering Council explique cette tendance en montrant que les enfants sont confrontés à des préjugés dès leur plus jeune âge et qu'ils considèrent donc que certains domaines sont exclusivement réservés aux hommes. Ces stéréotypes sur ce qui convient à une femme et à un homme s'enracinent profondément en eux à un âge très précoce et pourraient expliquer pourquoi le secteur de l'ingénierie apparaît moins attractif pour les femmes.


La commission européenne est préoccupée par cette question et a mis en avant les risques qui découlent de cette pénurie d'ingénieurs. Tous les pays membres ont considéré qu'il était important d'encourager les talents féminins.

Quelques femmes ingénieurs de renom


•    Barbara Johnson : Ingénieur aéronautique de la NASA responsable de l'alunissage, seule femme de l'équipe technique

•    Judith Resnik : Astronaute de la NASA qui trouva la mort avec sept autres astronautes lors de l'explosion de la navette spatiale Challenger en 1986. Elle était ingénieure électricienne et avait été choisie comme candidate astronaute en 1978. Elle effectua son premier vol en tant que spécialiste de mission en 1984 lors du voyage inaugural de Discovery.

•    Emily Warren Roebling était une ingénieure autodidacte connue pour avoir participé à la construction du pont de Brooklyn.

•    Barbara McClintock a apporté une grande contribution à la discipline aujourd'hui dénommée génie agricole ou bio-ingénierie. Elle devint un membre très influent d'un petit groupe qui s'était consacré à l'étude cytogénétique du maïs, c'est-à-dire à l'étude du maïs au niveau cellulaire.

 

FR_Call to Action CV

FR_Call To Action_jobagent

FR_Call To Action_newsletter