#coronavirus et #travail : peut-on encore trouver un emploi ?

- 50% d’offres d’emploi en ligne et des candidats qui s’inquiètent des conséquences économiques sur leur future carrière !

#coronavirus et #travail : peut-on encore trouver un emploi ?

- 50% d’offres d’emploi en ligne et des candidats qui s’inquiètent des conséquences économiques sur leur future carrière !
- 50% d’offres en ligne et moitié moins de recruteurs sur le marché de l’emploi, du jamais vu, même pendant la crise économique de 2008 ! Est-il encore possible de trouver un emploi dans ce contexte de crise sanitaire ?

Une situation qui touche tous les secteurs d’activité, et toutes les régions françaises !

Le Transport et la Logistique sont les seuls à tirer leur épingle du jeu avec -30% d’offres d’emploi diffusées. En termes de nombre de postes ouverts, c’est la Grande Distribution qui recrute le plus avec près de 5 000 annonces diffusées la semaine dernière. Nous sommes pourtant loin des 8 000 postes proposés l’année dernière à la même période.

Les plus épargnés par la situation sont les IT, en effet le secteur accuse une baisse de seulement -24% de son inventaire. Cette crise sanitaire n’empêchera donc pas les spécialistes de l’informatique de trouver un emploi, puisqu’en temps normal c’est un secteur qui connaît une très forte pénurie de candidats.

Le Tourisme, l’Hébergement et la Restauration sont bien évidemment les secteurs les plus durement touchés avec presque -70% d’offres en ligne, suivis de près par les Services Administratifs et le BTP avec respectivement -60% et -65% de propositions d’emplois.

Quant aux régions, c’est la Bretagne qui est la plus impactée (-52% d’offres), puis les Pays de la Loire, région pourtant très dynamique ces derniers mois, avec -50% d’offres d’emploi dès la deuxième semaine de confinement. En termes de volume d’offres, l’IDF reste la plus active, avec pas moins de 7 600 offres en ligne. Cela représente malgré tout une diminution de 47% de l’inventaire !

Des chercheurs d’emploi inquiets des conséquences de l’épidémie sur leur possibilité de trouver rapidement un poste.

Côté candidats, cette baisse drastique du nombre d’offres en ligne se fait largement ressentir. 65% d’entre eux déclarent avoir constaté cette baisse qui les freine pour leur recherche d’emploi durant le confinement. Parmi nos répondants, seulement 18% des personnes ayant postulé à une offre durant le confinement ont pu s’entretenir avec un recruteur par téléphone ou en vidéoconférence. Étonnamment 13% déclarent que les recruteurs ont voulu les rencontrer physiquement, ce qui parait improbable en temps de confinement.

30% des répondants déclarent que leur métier ne leur permet pas de télétravailler. Pour cette population-là, il est évident que le confinement a un impact sévère sur leur carrière.

Dans ce contexte, 8 chercheurs d’emploi sur 10 s’inquiètent des conséquences économiques sur leur recherche d’emploi actuelle et future. Pour 75% des candidats, l’État n’a pas pris les mesures adéquates face à cette crise et considèrent ne pas être suffisamment informés sur leurs droits professionnels. Une situation que ne semble pas particulièrement préoccuper les 16-25 ans  qui ne sont que 5% à s’inquiéter du futur post-confinement.

Dans ce contexte, peut-on encore trouver un emploi ?

Dans ce contexte de crise sanitaire que connait actuellement la France, il va de soi que chercher un emploi relève du parcours du combattant. Cependant nous observons une baisse moins drastique côté Intérim. Les entreprises qui peuvent encore se permettre de recruter font appel aux agences d’emploi pour éviter de prendre trop de risques. Et le phénomène se confirme puisqu’à la troisième semaine de confinement, l’Intérim augmentait son inventaire de +26% d’offres d’emploi comparé à la première semaine, et ce chiffre ne fait qu’augmenter.

Méthodologie :

Toutes nos informations chiffrées sur l’état du marché de l’emploi durant le confinement sont issues d’analyses effectuées par StepStone via l’outil d’analyse Advertsdata.
Les données concernant les candidats sont issues d’une enquête menée auprès de 3 700 répondants sur la période du 6 au 10 avril.

- 50% d’offres en ligne et moitié moins de recruteurs sur le marché de l’emploi, du jamais vu, même pendant la crise économique de 2008 ! Est-il encore possible de trouver un emploi dans ce contexte de crise sanitaire ?

Une situation qui touche tous les secteurs d’activité, et toutes les régions françaises !

Le Transport et la Logistique sont les seuls à tirer leur épingle du jeu avec -30% d’offres d’emploi diffusées. En termes de nombre de postes ouverts, c’est la Grande Distribution qui recrute le plus avec près de 5 000 annonces diffusées la semaine dernière. Nous sommes pourtant loin des 8 000 postes proposés l’année dernière à la même période.

Les plus épargnés par la situation sont les IT, en effet le secteur accuse une baisse de seulement -24% de son inventaire. Cette crise sanitaire n’empêchera donc pas les spécialistes de l’informatique de trouver un emploi, puisqu’en temps normal c’est un secteur qui connaît une très forte pénurie de candidats.

Le Tourisme, l’Hébergement et la Restauration sont bien évidemment les secteurs les plus durement touchés avec presque -70% d’offres en ligne, suivis de près par les Services Administratifs et le BTP avec respectivement -60% et -65% de propositions d’emplois.

Quant aux régions, c’est la Bretagne qui est la plus impactée (-52% d’offres), puis les Pays de la Loire, région pourtant très dynamique ces derniers mois, avec -50% d’offres d’emploi dès la deuxième semaine de confinement. En termes de volume d’offres, l’IDF reste la plus active, avec pas moins de 7 600 offres en ligne. Cela représente malgré tout une diminution de 47% de l’inventaire !

Des chercheurs d’emploi inquiets des conséquences de l’épidémie sur leur possibilité de trouver rapidement un poste.

Côté candidats, cette baisse drastique du nombre d’offres en ligne se fait largement ressentir. 65% d’entre eux déclarent avoir constaté cette baisse qui les freine pour leur recherche d’emploi durant le confinement. Parmi nos répondants, seulement 18% des personnes ayant postulé à une offre durant le confinement ont pu s’entretenir avec un recruteur par téléphone ou en vidéoconférence. Étonnamment 13% déclarent que les recruteurs ont voulu les rencontrer physiquement, ce qui parait improbable en temps de confinement.

30% des répondants déclarent que leur métier ne leur permet pas de télétravailler. Pour cette population-là, il est évident que le confinement a un impact sévère sur leur carrière.

Dans ce contexte, 8 chercheurs d’emploi sur 10 s’inquiètent des conséquences économiques sur leur recherche d’emploi actuelle et future. Pour 75% des candidats, l’État n’a pas pris les mesures adéquates face à cette crise et considèrent ne pas être suffisamment informés sur leurs droits professionnels. Une situation que ne semble pas particulièrement préoccuper les 16-25 ans  qui ne sont que 5% à s’inquiéter du futur post-confinement.

Dans ce contexte, peut-on encore trouver un emploi ?

Dans ce contexte de crise sanitaire que connait actuellement la France, il va de soi que chercher un emploi relève du parcours du combattant. Cependant nous observons une baisse moins drastique côté Intérim. Les entreprises qui peuvent encore se permettre de recruter font appel aux agences d’emploi pour éviter de prendre trop de risques. Et le phénomène se confirme puisqu’à la troisième semaine de confinement, l’Intérim augmentait son inventaire de +26% d’offres d’emploi comparé à la première semaine, et ce chiffre ne fait qu’augmenter.

Méthodologie :

Toutes nos informations chiffrées sur l’état du marché de l’emploi durant le confinement sont issues d’analyses effectuées par StepStone via l’outil d’analyse Advertsdata.
Les données concernant les candidats sont issues d’une enquête menée auprès de 3 700 répondants sur la période du 6 au 10 avril.