Jeunes diplomés : n’acceptez pas un poste en dessous de vos compétences

Nombreux sont les étudiants fraîchement diplômés qui lors d'un entretien d'embauche sous-estiment leurs capacités.
Être un jeune diplômé ne rime pas forcément avec inexpérience et manque de capacités. Pourquoi alors sous-estimer ses compétences en brimant ses prétentions sous prétexte du manque d'expérience professionnelle ? Tout comme les salariés, les étudiants ayant achevé leurs études disposent de ressources souvent inexploitées à faire valoir.

Montrer ses compétences

Les étudiants jeunes diplômés sont légion à vouloir à tout prix obtenir un poste même en-deçà de leurs compétences. Avec un contexte économique et social actuel compliqué, il semble bien normal de revoir ses prétentions salariales et professionnelles à la baisse, mais cela ne veut pas dire qu’il faille brader ses compétences. Tout comme de nombreux salariés, les jeunes diplômés disposent de ressources à faire valoir, et en premier lieu leur motivation et leur fougue. Montrer son dynamisme est en effet apprécié des employeurs, et les primo-accédants à l’emploi disposent à ce titre d’un avantage certain. L’implication dans le monde de l’entreprise est une qualité appréciée de tous et constitue souvent un avantage au détriment de nombreux salariés lassés par la routine et les années. Jeunesse rime alors avec entrain et enthousiasme, et lors d’un entretien d’embauche c’est une qualité à mettre en avant judicieusement.

La connaissance des salaires minimums dans la branche recherchée est un élément déterminant afin d’orienter en sa faveur son futur salaire. Si les professionnels trouvent légitime qu’un débutant entend gagner moins qu’un salarié expérimenté avec plusieurs années d’expériences, en revanche une baisse trop importante de ses prétentions salariales ne semble pas juste. Avec des employeurs qui tirent à la baisse certains salaires lors des entretiens d’embauche, une rémunération plancher doit être décidée avant toute négociation. Celle-ci doit alors être fixée au préalable et les jeunes diplômés ne devraient pas y déroger sous aucun prétexte. Un juste milieu devrait ainsi être établi entre le salaire d’un débutant approprié à la réalité du marché, et une renégociation à la baisse lors de la future embauche. Avant d’accepter une offre d’emploi définitive, le futur salarié doit alors prendre conscience qu’il détient un potentiel encore inexploité à faire valoir.

Des atouts à faire valoir

Rapidement opérationnel et souvent mobile, les jeunes diplômés possèdent les atouts nécessaires de flexibilité et de motivation. Avec des arguments qui séduisent les entreprises, ces derniers doivent se mettre en avant en argumentant sur leur envie d’apprendre. Les diplômés des grandes écoles dans des secteurs de pointe peuvent ainsi démontrer que leurs connaissances pointues et actualisées sont un précieux atout pour l’entreprise. Facilement formables et apprenant rapidement, ces diplômés sont plus à même de s’adapter que des employés dont la formation remonte à plusieurs années. Moins coûteux à former et requérant moins de ressources humaines, les jeunes salariés constituent une force vive de l’entreprise.

Développer un réseau de connaissances et particulièrement avec ceux qui travaillent déjà dans la même branche constitue une priorité. Plus à même de renseigner le futur salarié dans le cadre de ses activités, l’employé d’expérience qui a un cursus similaire est un allié précieux. Afin de s’orienter vers des perspectives d’évolution et de carrière idéales ou en apprendre plus sur l’état de santé de l’entreprise convoitée, le jeune diplômé peut acquérir des informations vitales pour négocier un poste à son avantage. Devant un employeur une connaissance optimale de l’activité est alors un avantage sérieux et démontre toute la motivation du candidat. Si le manque d’expérience professionnelle est souvent décrié, en revanche une solide formation diverse et variée peut être un atout idéal. Voyages et expériences diverses, compétences linguistiques, connaissances et expériences personnelles, sont à mettre en avant impérativement. Avec un contexte encore difficile dans le monde de l’entreprise, une marge de manœuvre reste cependant encore possible. C’est alors au jeune diplômé de savoir valoriser ses diplômes et ses compétences pour démontrer que l’inexpérience n’est pas une tare rédhibitoire pour décrocher un poste.

Original link :http://www.stepstone.fr/Conseils-de-carriere/actualite-emploi/jeunes-diplomes-ne-pas-accepter-un-poste-en-dessous-de-ses-competences.cfm

Jeune Diplômé(e), vous cherchez un 1er emploi ?

Des milliers d'offres accessibles actuellement !

Articles qui pourraient vous intéresser

  • StepStone France
  • Jeunes diplomés : n’acceptez pas un poste en dessous de vos compétences