Travailler aux Etats-Unis

l'Amérique est considérée comme le pays des gens ambitieux, qui y réaliseront leur rêve !
Malgré la stagnation économique et la fin du boom de la nouvelle économie, l'Amérique est considérée comme le pays des gens ambitieux, qui y réaliseront leur rêve américain, qu'il s'agisse de passer de la misère à la richesse ou de devenir gouverneur alors qu'on est un bodybuilder.

De nombreuses personnes continuent de rêver des Etats-Unis.

C’est la traditionnelle liberté d’entreprise qui permet aux nouvelles idées commerciales de se concrétiser plus vite et plus facilement outre-Atlantique qu’en Europe. De même, l’accès à la formation professionnelle est moins cloisonné et moins conventionnel. C’est pourquoi les USA restent un pays très attirant pour les indépendants, les scientifiques, les médecins et tous ceux qui rêvent de faire carrière.

Mais ils auront à franchir de nombreux obstacles avant que ce rêve ne devienne réalité. Vous ne pouvez pas simplement vous envoler vers les USA et chercher un travail, car votre séjour est limité par la réglementation relative au visa. Ce qui signifie que vous devrez faire preuve de persévérance et mettre en œuvre tous les moyens pour trouver un travail aux USA depuis chez vous.

Entrée et résidence

Si vous envisagez de séjourner aux USA, vous devriez réfléchir soigneusement à ce que vous y ferez. Allez-vous simplement rester quelques années ou voulez-vous émigrer pour toujours ? Est-ce votre société qui vous y envoie, cherchez-vous un emploi ou voulez-vous lancer votre propre affaire ?

Il vous est possible, dans un très petit nombre de cas, d’entrer aux USA sans visa mais vous ne pourrez y rester que 90 jours. A part cela, presque toutes les situations professionnelles sous soumises à différents types de visa. Le visa de travail le plus fréquent (“H1-B-Visa”) n’est délivré qu’aux personnes en possession d’un diplôme universitaire ou de qualifications comparables.

D’autre part, il existe des visas spéciaux pour les travailleurs moins qualifiés ou certaines professions (ouvriers agricoles, enseignants, etc.). Si votre société vous envoie, vous devez introduire une demande pour un autre visa, tout comme une personne qui veut lancer une affaire, etc. Il est dès lors impératif que vous sachiez à l’avance le type de demande que vous devez introduire (cf. liens).

Les travailleurs qui n’ont pas été envoyés par leur société ont besoin d’une offre d’emploi concrète. Ensuite, l’employeur doit fournir au US Department of Labour (le Ministère du Travail) la preuve qu’il ne peut pas trouver d’employé américain disposant des mêmes qualifications. Ce n’est qu’alors que vous pourrez introduire votre demande de visa de travail. De plus, les USA ont un système de préférences très restrictif en matière de délivrance de visas de travail.

Si vous avez franchi ces obstacles et réussi à obtenir un visa, vous obtiendrez finalement un permis de travail et de résidence. Le visa le plus courrant, le H1-B, vous donnera droit à un permis de résidence qui expirera après 6 ans ; les visas concernant d’autres professions sont parfois soumis à une période de validité différente. Passé ce délai, vous pourrez introduire une demande d’extension de votre permis de séjour et de travail ou de permis illimité (la Green Card).

Green Card

Il vous faudra un peu de chance pour recevoir une Green Card. D’un autre côté, ce processus vous demande moins d’efforts parce qu’il vous suffit de remplir une candidature informelle et de l’envoyer à temps au département responsable au Kentucky. Chaque année, les USA délivrent au hasard 50 000 de ces permis de travail et de résidence illimités très convoités. Le nom officiel de cette loterie mondiale unique est ‘Diversity Visa Program’ (Programme de Diversité de Visa d’Immigrant) (DV). Toutefois, tout le monde n’a pas le droit d’y participer. Il existe des restrictions en fonction du pays d’origine. De plus, les participants doivent prouver 12 ans de scolarité ou une expérience professionnelle de 2 ans minimum au cours des 5 dernières années. Vous pouvez obtenir des informations détaillées auprès du US Department of State (le Département des Affaires Etrangères des Etats-Unis) (cf. liens). D’autre part, de nombreuses organisations coordonnent la procédure de candidature et proposent de vous aider à poser la vôtre moyennant finance. Que vous passiez par l’une de ces organisations ou non n’influence pas les résultats car toutes les candidatures qui répondent aux critères sont traitées de la même manière et les ‘gagnants’ sont choisis par un générateur aléatoire.

Recherche d’emploi et candidature

Etant donné que les formalités d’obtention du visa exigent aussi du temps aux employeurs, l’employeur particulier doit vraiment avoir envie de vous engager. C’est pourquoi les candidats hautement qualifiés ont plus de chances s’ils sont spécialisés dans l’un des secteurs très demandés, en particulier le secteur des services (ex. informatique, éducation, médecine, ingénierie et recherche). La mondialisation croissante a toutefois pour conséquence que les entreprises ne délocalisent plus seulement leurs installations de production mais aussi tous leurs départements d’informatique ou d’ingénierie vers les pays à bas salaires d’Asie ou d’Amérique du Sud. De ce fait, les spécialistes en informatique doivent faire face à une compétition plus âpre qu’à l’époque dorée de la nouvelle économie. La seule chose à faire est de rester attentif et de poser constamment votre candidature à différents emplois. Avec un peu de chance, vous trouverez le job de vos rêves.

Comme vous n’êtes pas autorisé à chercher un emploi si vous êtes entré aux USA avec un visa touristique, vous devriez essayer de commencer à chercher un travail de chez vous. Consultez les sites d’offres d’emplois (cf. liens) et utilisez vos contacts pour envoyer des candidatures spontanées. Tenez également compte du fait que vous devrez prendre l’avion pour les USA si vous êtes invité à un entretien d’embauche.

Votre candidature devrait être claire et concise. Vous devez présenter les éléments de votre CV par ordre chronologique inverse, de sorte qu’il commence par votre dernier emploi. Soyez politiquement correct et ne mentionnez aucune croyance religieuse ni aucune origine ethnique. Il n’est pas non plus d’usage de joindre une photo. Vous devez mentionner vos qualifications et votre expérience professionnelle, mais aussi joindre des références ; les employeurs américains s’attendent toujours à les trouver dans une lettre de candidature.

Assurez-vous que les personnes que vous renseignez sont informées de votre démarche et qu’elles acceptent de vous soutenir parce qu’un employeur potentiel pourrait les appeler et les interroger personnellement sur vos qualifications. De plus, il peut être judicieux d’envoyer tout document qui souligne votre caractère et votre personnalité, comme un portfolio de vos réalisations, de vos œuvres de charité, etc..

Bien que les interactions sociales aux USA semblent assez informelles par rapport aux usages européens, montrez-vous discret et tâchez d’éviter d’aborder des sujets sensibles lors de conversations plus décontractées. Le code vestimentaire est habituellement très formel, les hommes et les femmes se doivent de porter un costume ou un tailleur.

Conditions de travail

Le pays du rêve américain est aussi le pays du hire and fire : vous pourriez être renvoyé aussi vite que vous avez été engagé. Cette situation est due à la faible influence des syndicats et au marché du travail libéralisé. Les Américains sont des travailleurs endurants, capables de gérer une immense charge de travail. Il n’est pas inhabituel de travailler 50 heures par semaine et les congés sont généralement plus courts qu’en Europe. Les personnes à faibles revenus cumulent souvent différents emplois pour s’assurer un salaire suffisant. Toutefois, il existe aussi de nombreux employeurs (en particulier hors des grandes villes) qui aident leurs employés, en leur offrant par exemple des programmes de sports aux frais de la société ou en mettant à leur disposition des appartements de fonction.

Sécurité sociale

Toute activité professionnelle aux USA est assujettie à l’assurance sociale, et les employeurs prélèvent des cotisations sur les salaires. L’assurance sociale américaine comprend des services tels que des pensions de retraite, des indemnités de décès et d’invalidité ainsi que des allocations de chômage et des allocations sociales. L’assurance maladie est toujours facultative et par conséquent n’est en général pas couverte par le système d’assurance sociale.

Quoi qu’il en soit, de nombreux employés sont couverts par une assurance médicale de groupe prise en charge par leur employeur. Dans certaines circonstances, l’employeur en assume seul les coûts ou ceux-ci sont au contraire partagés entre l’employé et son employeur. Vous aurez toutefois besoin d’une assurance médicale complémentaire puisque de nombreux traitements médicaux et beaucoup de médicaments ne sont pas couverts par les assurances que paient les employeurs. Il est donc indispensable de comparer les différents plans qui vous sont offerts puisque l’étendue des allocations varie énormément d’une compagnie d’assurances à l’autre. Un autre grand avantage de l’assurance complémentaire est que vous conservez votre couverture même si vous perdez votre emploi. Si vous travaillez sur une base irrégulière, comme indépendant ou interne par exemple, vous devez assumer vous-même votre assurance médicale.

Original link :http://www.stepstone.fr/Conseils-de-carriere/travailler-a-l-etranger/emploi-etats-unis.cfm

Articles qui pourraient vous intéresser